Suivez-nous
 
 

Tech

L’informaticien qui avait inventé copier/coller est décédé à l’age de 74 ans.

Publié

le

L’avènement de l’ordinateur personnel ne consistait pas seulement à mettre ces puissantes machines à la disposition de tous, il s’agissait également de les rendre accessibles et utilisables, même pour ceux qui n’avaient pas de diplôme en informatique. Larry Tesler , qui est décédé lundi, n’est peut-être pas un nom familier comme Steve Jobs ou Bill Gates, mais sa contribution à rendre les ordinateurs et les appareils mobiles plus faciles à utiliser est le point culminant d’une longue carrière qui a influencé l’informatique moderne.

Né en 1945 à New York, Tesler a ensuite étudié l’informatique à l’Université de Stanford, et après avoir obtenu son diplôme, il s’est lancé dans la recherche en intelligence artificielle (bien avant qu’elle ne devienne un outil profondément préoccupant ) et s’est impliqué dans le monopole anti-guerre et anti-entreprise mouvements, avec des entreprises comme IBM comme l’une de ses cibles méritantes. En 1973, Tesler a pris un emploi au Xerox Palo Alto Research Center (PARC) où il a travaillé jusqu’en 1980. Xerox PARC est connu pour développer l’interface utilisateur graphique pilotée par la souris que nous tenons tous pour acquis, et pendant son temps au laboratoire Tesler a travaillé avec Tim Mott pour créer un traitement de texte appelé Gypsy qui est surtout connu pour inventer les termes «couper», «copier» et «coller» lorsqu’il s’agit de commandes pour supprimer, dupliquer ou repositionner des morceaux de texte.

Xerox PARC est également bien connu pour ne pas capitaliser sur les recherches révolutionnaires qu’il a faites en matière d’informatique personnelle, donc en 1980, Tesler est passé à Apple Computer où il a travaillé jusqu’en 1997. Au fil des ans, il a occupé d’innombrables postes au sein de l’entreprise, notamment celui de vice-président d’AppleNet. (Le système de réseau local d’Apple local qui a finalement été annulé), et a même servi en tant que scientifique en chef d’Apple, un poste qui était à un moment occupé par Steve Wozniak, avant de finalement quitter l’entreprise.

En plus de sa contribution à certains des matériels les plus célèbres d’Apple, Tesler était également connu pour ses efforts pour rendre les logiciels et les interfaces utilisateur plus accessibles. En plus des terminologies désormais «omniprésentes» de «couper», «copier» et «coller», Tesler était également un défenseur d’une approche de la conception d’interface utilisateur connue sous le nom d’informatique non modale, qui se reflète dans son site Web personnel.. Essentiellement, il garantit que les actions des utilisateurs restent cohérentes dans les différentes fonctions et applications d’un système d’exploitation. Lorsqu’ils ont ouvert un traitement de texte, par exemple, les utilisateurs supposent désormais automatiquement que le fait d’appuyer sur l’une des touches alphanumériques de leur clavier fera apparaître ce caractère à l’écran au point d’insertion du curseur. Mais il fut un temps où les traitements de texte pouvaient basculer entre plusieurs modes où la saisie au clavier ajoutait des caractères à un document ou permettait alternativement de saisir des commandes fonctionnelles.

Il existe encore de nombreuses applications logicielles où les outils et les fonctionnalités changent en fonction du mode dans lequel ils se trouvent (applications complexes comme Photoshop, par exemple, où divers outils se comportent différemment et remplissent des fonctions très distinctes) mais pour la plupart des systèmes d’exploitation modernes comme Apple. macOS et Windows de Microsoft ont adopté la convivialité grâce à une approche modale moins compliquée.

Après avoir quitté Apple en 1997, Tesler a cofondé une entreprise appelée Stagecast Software qui a développé des applications qui ont permis aux enfants d’apprendre plus facilement et plus facilement les concepts de programmation. En 2001, il a rejoint Amazon et est finalement devenu vice-président de l’expérience d’achat là-bas, en 2005, il est passé à Yahoo où il dirigeait le groupe de conception et d’expérience utilisateur de cette entreprise, puis en 2008, il est devenu chargé de produit chez 23andMe. Selon son CV , Tesler a quitté 23andMe en 2009 et s’est concentré principalement sur le travail de consultant.

Bien qu’il y ait sans aucun doute d’innombrables autres contributions que Tesler a apportées à l’informatique moderne dans le cadre de son travail sur des équipes de Xerox et d’Apple qui ne seront peut-être jamais révélées, ses contributions connues sont immenses. Tesler est l’une des principales raisons pour lesquelles l’ordinateur a quitté les centres de recherche et est entré dans les foyers.

Tech

Instagram demandera désormais aux nouveaux utilisateurs de donner leur âge, mais ne pourra pas vérifier leur anniversaire

Publié

le

Par

  • Instagram fera désormais en sorte que les nouveaux utilisateurs fournissent leurs dates de naissance lorsqu’ils s’inscrivent à un compte.
  • Cependant, Instagram n’essaiera pas de vérifier l’âge des utilisateurs et s’attend plutôt à ce que les utilisateurs soient honnêtes avec eux.
  • On ne sait pas exactement pourquoi Instagram ajoute une condition d’âge, mais cela pourrait permettre à la plate-forme de pousser les mesures de sécurité des jeunes et aux marques de mieux cibler les publicités restreintes à l’âge.

 

Instagram de Facebook Inc. a déclaré qu’il exigerait les dates de naissance de tous les nouveaux utilisateurs à partir de mercredi, élargissant l’audience des publicités pour l’alcool et d’autres produits soumis à une limite d’âge tout en offrant de nouvelles mesures de sécurité pour les jeunes utilisateurs.

 

Jusqu’à présent, Instagram, sauf dans des circonstances limitées, n’a exigé de son milliard d’utilisateurs que de dire qu’ils avaient au moins 13 ans.

Instagram a déclaré que les annonceurs n’étaient pas le moteur de la nouvelle exigence. Le jeu et le contrôle des naissances sont parmi d’autres types d’annonces limitées aux publics plus âgés par les politiques et les lois Instagram. 

Le changement de politique pourrait aider à empêcher l’adoption de réglementations coûteuses en matière de sécurité des enfants et de confidentialité des données, car les législateurs et les groupes de sécurité des familles aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ailleurs critiquent l’application pour exposer les enfants à du matériel inapproprié.

L’exigence de date de naissance est la dernière étape qu’Instagram a prise pour s’éloigner des principes de longue date tels que l’anonymat qui l’avaient distingué de l’application homonyme de Facebook.

 

« Comprendre quel âge ont les personnes âgées est très important pour notre travail, non seulement pour créer des expériences adaptées à l’âge, mais pour respecter notre règle de longue date de ne pas autoriser l’accès aux jeunes », a déclaré Vishal Shah, responsable du produit Instagram. une interview avec Reuters.

Il a refusé de spécifier les fonctionnalités basées sur l’âge dans les tests, mais a déclaré que l’âge pourrait être la base des paramètres de confidentialité recommandés ou de l’éducation intégrée pour rester en sécurité en ligne. Les dates de naissance ne seront pas visibles pour les autres utilisateurs.

En outre, Instagram introduira dans les semaines à venir des options pour que les utilisateurs bloquent les messages des personnes qu’ils ne suivent pas et pour les entreprises et les utilisateurs populaires qui sont connus comme des « créateurs » pour empêcher plus facilement les mineurs de voir leurs messages, a déclaré Shah.

La surveillance d’Instagram a augmenté, dépassant la principale application de Facebook en popularité auprès des adolescents et des jeunes adultes et devenant l’un des principaux contributeurs à la croissance des revenus de Facebook.

Lire l'article

Bien-être

Comment voyager avec une cigarette électronique

Publié

le

Par

De nombreux fumeurs ont troqué leur tabac contre une cigarette électronique, et la tendance n’est pas prête de s’inverser. Si transporter son paquet de cigarettes en voyageant ne pose pas de problème, ce n’est pas forcément le cas de l’e-cigarette. Composée de matériel électronique, d’accus, de e-liquide, et de nicotine, celle ci peut poser divers problèmes lors du voyage, en terme de praticité et de réglementations.

Transporter son matériel de vapotage

Pour un trajet court, quelque soit le moyen de transport utilisé, il n’y aura généralement pas de problème : dans sa poche ou dans un sac dédié, les modèles récents de cigarette electronique 200w peuvent être bougés d’un endroit à un autre sans déconvenue majeure.

En voiture et en moto, fermer au maximum l’airflow de l’atomiseur si celui ci est réglable, et bien éteindre sa batterie, sont les seules règles de prudence à respecter. Néanmoins, quelques traditionnelles fuites de e-liquide peuvent tout de même survenir, notamment lors de changements importants de température, une petite sacoche dédiée est donc conseillée pour le transport.

Pour un trajet plus long, plusieurs mesures de sécurité sont à prévoir.

En effet, pour éviter des fuites, l’idéal sera de ne pas remplir le clearomiseur de votre e-cigarette. Garder donc votre liquide dans un flacon bien fermé, lui même placé dans un sachet hermétique ou une boite en plastique, est une bonne solution pour ne pas qu’il inonde vêtements et autres objets.

Si votre e-cigarette fonctionne avec des accumulateurs amovibles, ce qui est souvent le cas des modèles de type « mod » et « box », il vous faudra bien les enlever de votre kit de cigarette électronique et les placer dans une boite de transport dédiée. En effet l’accu est l’élément le plus « dangereux » de votre vapoteuse : un accu, surtout s’il est endommagé, peut chauffer, voire déclencher un incendie s’il subit de gros chocs ou une forte chaleur, notamment placé à l’intérieur d’une batterie non éteinte ou en vrac avec d’autres objets métalliques tel que des clés ou des pièces de monnaie, qui pourraient engendrer un court circuit en faisant contact.

Le reste du matériel, la batterie (éteinte), le clearomiseur (vidé), et le chargeur, peuvent se ranger dans un sac de transport qui les protégera de potentiels chocs.

 

Voyager avec sa e-cigarette en train ou en bus

Une fois les règles de transport de votre matériel de vapotage bien appliquées, il n’y a aucun problème pour voyager avec votre cigarette électronique et ses accessoires en train ou en bus, d’ailleurs aucune loi ne l’interdit.

Il est par contre bien entendu interdit de vapoter à l’intérieur d’un train ou d’un bus. En effet, depuis le 1er octobre 2017, le code de santé publique interdit explicitement le vapotage dans les moyens de transport collectif fermés, pour de nombreuses raisons logiques de sécurité et de courtoisie.

Par contre, utiliser sa cigarette électronique sur le quai d’une gare ou sous un abri-bus n’est pas illégal. S’il est bien interdit de fumer sur les quais, aucune loi n’interdit le vapotage : vous pourrez donc vapoter dans les plupart des quais de gare ouverts, mais certains cas particuliers vous obligent à bien vérifier la signalétique. Si l’interdiction n’est pas signalée, vous pourrez donc vaper sans problème.

Voyager avec sa e-cigarette en avion

En avion, c’est un peu plus compliqué. Il vous faudra absolument appliquer les règles de transport de votre matériel (vider le clearomiseur, sortir les accus de votre mod, utiliser des boites ou sacoches de transport dédiées), tout en prenant en compte certaines réglementations des compagnies de transport aériens.

Vos accus devront obligatoirement voyager en cabine. C’est aussi le cas de votre batterie ou « mod » : celui ci devra obligatoirement être éteint, et devra être rangé en cabine, de manière à ne pas pouvoir s’allumer par accident.

Votre e-liquide devra être conditionné dans des flacons transparents de 100ml au maximum, pour un total maximum de 1 litre (attention, c’est une limite unique qui s’applique à tous les liquides que vous transportez, des choix devront donc être faits). Ce ou ces flacons devront eux même être placés dans une boite ou un sac en plastique transparent fermé, d’une dimension maximale de 20 x 20 cm.

Certaines compagnies aériennes limitent le transport de liquide à un unique sac en plastique par voyageur. Il vous est aussi possible de transporter votre e-liquide en cabine, avec dans ce cas une limite à 100 ml. A noter que la transparence des matériaux qui protégeront votre e-liquide est nécessaire afin de faciliter l’identification des produits par le personnel de la compagnie aérienne que vous choisissez.

Toutes ces réglementations doivent être appliquées à la lettre : en effet les phénomènes de pressurisation et dépressurisation lors d’un transport en avion feront immanquablement fuir un clearomiseur rempli de e-liquide, et même une fiole de liquide qui n’a jamais été ouverte.

Concernant l’utilisation de sa cigarette électronique en avion, il n’y a pas plus clair : pour des raisons évidentes de sécurité et de bon sens, il est interdit de vapoter et de recharger son matériel en avion. Dans la majorité des aéroports par contre, le vapotage est autorisé, bien que de nombreux aéroports commencent à l’interdire : il vous faudra donc bien vérifier l’absence de signalétique avant d’allumer votre vapoteuse.

Le vapotage à l’étranger

Si votre destination est en dehors de la France, il vous faut vous renseigner sur les lois en vigueur de ce pays concernant le vapotage, la cigarette électronique et les liquides nicotinés.

En effet, de nombreux pays imposent des réglementations strictes sur ce phénomène.

Certains pays comme la Turquie, la Jordanie, le Bruneï, l’Oman, le Qatar, Taïwan, la Thaïlande, l’Île Maurice, les Seychelles, les Émirats Arabes Unis ainsi qu’une bonne partie de l’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Colombie, Mexique, Uruguay, Venezuela) ont complètement banni l’utilisation et l’importation de ce type de matériel.

D’autres pays comme le Japon, le Canada, la Nouvelle Zelande, Hong-Kong, l’Autriche, la Suède, la Norvège, le Danemark, la Malaisie ou la Finlande ont des lois strictes concernant la vente ou l’utilisation de e-liquides nicotinés ou aromatisés. La Belgique est un cas à part, avec une restriction sur la vente de liquides nicotinés sur internet.

Notez que cette liste peut évoluer dans un sens comme un autre, les lois sur l’e-cigarette et les e-liquides étant en perpétuel mouvement au niveau international. Il vous faudra donc vous assurer de ne pas enfreindre la loi du pays que vous visitez en amenant votre e-cigarette avec vous, en demandant au consulat du pays en question, ou à des connaissances vivant dans ce pays, par exemple. N’oubliez pas que si vous êtes vapo-fumeur, il faudra également vous renseigner sur les endroits ou il est possible de fumer, dont les plages.

Pour finir, il ne faut pas oublier que dans de nombreux pays, la cigarette électronique en est encore à ses balbutiements. Trouver des boutiques pour renouveler votre matériel ou acheter vos e-liquides pourra donc être compliqué : renseignez vous avant de partir, il serait bête de recommencer à fumer car vous n’avez pas emmené quelques résistances de rechange introuvable sur place !

Lire l'article

Tech

Les emojis roux arrivent enfin sur nos claviers

Publié

le

Par

Pour les personnes high-tech, leur voeu est enfin exaucé. Des emojis roux vont faire leur apparition sur les téléphones.

Le Consortium Unicode, chargé des nouveaux emojis, a dévoilé la liste de ceux qui devraient rejoindre la liste déjà longue. Ce sont 157 nouveaux emojis qui sont en approche, et parmi eux, les tant attendus emojis roux. Il faut dire qu’on en espérait pas moins. Une pétition avait même été lancée afin de voir apparaître les petits personnages aux têtes rousses manquants dans la liste d’émoticones. Accusé d’exclusion et de discrimination, le Consortium Unicode a finalement entendu les requêtes.

Parmi les nouveaux emojis, les roux sont enfin dans la liste

Les nouveaux emojis (Libertad Digital)

Pour éviter la discrimination, plusieurs efforts avaient déjà été faits, et nous avions eu la chance de voir évoluer dans le bon sens la liste d’emojis disponibles sur notre smartphone : orientations sexuelles, couleurs de peaux, religions, le maximum avait été fait pour que tout le monde soit représenté. Tout le monde sauf les roux, qui sont eux aussi victimes de discrimination. Beaucoup considèrent ce changement comme une grande victoire. En plus des emojis roux, on devrait aussi retrouver des emojis de super héros, chauve, kangourou, et même de papier toilette. La liste a été dévoilée mardi 5 juin, mais on ne pourra faire usage de ces nouveautés qu’à partir de septembre 2018.

Lire l'article
 
 

Tendance

 
606 JEUNES EN LIGNE
Pause Fun Pause People Pause Sport Pause Foot Foot Espagnol Food Powa Zone Actu JeuxVideo.lol Breakflip My Bad Hebdo Ciné Hebdo Tech